Obtenir un permis par équivalence pour exercer
la profession de sexologue

Demande d'admission par équivalence de diplôme :

Vous détenez des diplômes en sexologie délivrés par les établissements d’enseignement situés hors du Québec?

Une personne qui est titulaire d’un diplôme en sexologie délivré par un établissement d’enseignement universitaire situé hors du Québec bénéficie d’une équivalence de diplôme si elle démontre que son diplôme a été obtenu au terme d’un programme d’études universitaires équivalent au diplôme donnant ouverture au permis de sexologue au Québec (le baccalauréat en sexologie de l'UQAM).

Ce programme doit comporter un minimum de 90 crédits (1 crédit = 45h), dont au moins 72 crédits doivent porter sur les matières suivantes et être répartis comme suit:

Un minimum de 12 crédits sur le développement sexuel et le fonctionnement sexuel répartis comme suit:

9 crédits sur le développement psychosexuel de l’enfant, de l’adolescent, de l’adulte et de la personne âgée;

3 crédits sur la connaissance des aspects biomédicaux de la sexualité

Un minimum de 15 crédits sur les troubles du fonctionnement et du développement sexuels, la psychopathologie et la violence sexuelle répartis comme suit:

6 crédits sur les troubles du fonctionnement et du développement sexuels

3 crédits sur la psychopathologie

6 crédits sur les violences intimes et sexuelles, portant sur les victimes et les auteurs de ces violences, ainsi que sur le cadre juridique pertinent

Un minimum de 24 crédits sur l’évaluation et l’intervention sexologique répartis comme suit:

3 crédits sur les modèles contemporains de santé sexuelle

3 crédits associés à l’évaluation du comportement et du développement sexuel, la conception du plan d’intervention et la rédaction de rapport

6 crédits associés à l’intervention sexologique de type relation d’aide et aux techniques d’entrevue

3 crédits associés aux enjeux relatifs à la diversité sexuelle et de genre ainsi qu’aux aspects sociologiques, politiques et culturels dans l’intervention sexologique

9 crédits portant sur la planification et la conception d’une intervention sexologique à visée éducative, préventive ou promotionnelle, dont un minimum de 6 crédits doivent porter spécifiquement sur la planification et la conception d’une intervention sexologique, les approches théoriques, les moyens et les stratégies d’intervention, la conception de matériel et l’évaluation de la démarche

Un minimum de 3 crédits sur l’organisation professionnelle, l’éthique et la déontologie, le système professionnel québécois, les lois et les règlements régissant l’exercice de la profession de sexologue ainsi que les normes de pratique relatives à l’exercice de la profession

Un minimum de 6 crédits portant sur les processus scientifiques, dont les méthodes de recherche quantitative et qualitative ainsi que les bases épistémologiques de la recherche

Un minimum de 12 crédits de stage en intervention sexologique comprenant un minimum de 420 heures en milieu d’intervention, dont un minimum de 45 heures en évaluation sexologique, dans le cadre du programme d’études ayant mené à l’obtention du diplôme de premier cycle. Ce stage auprès de la clientèle consiste en des activités devant permettre à l’étudiant de se familiariser avec les différents aspects de l’exercice de la profession de sexologue, notamment les activités réservées. Ce stage est supervisé par un professionnel possédant une expérience professionnelle dans le domaine de l’intervention sexologique

 

Le détail de ces critères est inscrit aux Règlement sur les normes d’équivalence de diplôme et de formation aux fins de la délivrance d’un permis de l’Ordre professionnel des sexologues du Québec.

Demande d'admission par équivalence de formation :

Vous ne détenez pas un diplôme requis à ces fins, mais vos compétences ainsi que votre expérience professionnelle en sexologie sont équivalentes?

Dans l’appréciation de l’équivalence de la formation de la personne, il est tenu compte particulièrement des facteurs suivants :

  1. la nature et la durée de l’expérience de travail de la personne en sexologie;

  2. les diplômes obtenus;

  3. la nature et le contenu des cours suivis de même que les résultats obtenus;

  4. la nature et le contenu des stages et des autres activités de formation effectués;

  5. le nombre total d’années de scolarité de la personne.

Documents requis :

1) L'évaluation comparative des études effectuées hors du Québec : Une évaluation comparative des études effectuées hors du Québec auprès du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration est requise pour les candidats ayant étudié à l’extérieur du Canada.

2) Les résultats de l'examen de langue française de l'Office québécois de la langue française (OQLF: Conformément aux dispositions du Code des professions et de l’article 35 de la Charte de la langue française, les candidats doivent posséder une connaissance appropriée de la langue française. La Charte reconnaît qu’une personne a déjà cette connaissance si elle a :

- étudié en français pendant au moins trois ans, à temps plein, au niveau secondaire ou post-secondaire ;

- réussi les examens de français langue maternelle de la quatrième ou de la cinquième année du cours secondaire ;

- obtenu au Québec un certificat d’études secondaires, à compter de l’année scolaire 1985-1986.

3) Le(s) relevé(s) de notes universitaire(s) officiel(s), comprenant le nombre d’heures ou de crédits pour chaque cours (1 crédit = 45h). Veuillez identifier les cours que vous voulez faire reconnaître. (Les originaux des relevés de notes universitaires doivent être envoyés par la poste).

4) Si une partie ou l’ensemble de la formation théorique a été suivie à l’extérieur de votre programme d'études, fournir l’attestation originale ou une copie conforme certifiée (les photocopies ne sont pas acceptées) par l’université démontrant que vous êtes titulaire d’un autre diplôme, le cas échéant.

5) L’original ou une copie certifiée conforme (les photocopies ne sont pas acceptées) de l’attestation d’étude délivrée par l’établissement.

6) Une copie de la description officielle (syllabus) des activités (cours, séminaires, ateliers, stages, mémoires, thèses, etc.) que vous avez suivies et réussies telles qu’au moment où vous les avez suivies.

7) La preuve de réussite originale ou une copie conforme certifiée (les photocopies ne sont pas acceptées) de chaque activité suivie dans un établissement d’enseignement.

8) Le Curriculum vitae détaillé de vos expériences professionnelles en sexologie (lieu de travail, fonctions, clientèles, dates et nombres d’années travaillées dans chaque milieu)

9) Les attestations de stages. 

10) Les attestations de formation continue (reliées à la sexologie)

11) L'attestation d’adhésion à un ordre professionnel ou à une association professionnelle.

12) Tout autre document pour justifier votre demande (publications, formations ou conférences données à titre de formateur, etc.)

13) le cas échéant, les documents suivants : 

a) Formulaire de congé de maternité ou de maladie prolongé (consultez la Politique sur la cotisation et les frais admissibles pour connaître votre admissibilité au rabais).

b) Une preuve d’inscription à temps plein à un programme d’étude en sexologie (maîtrise ou doctorat)

c) Décision pénale, judiciaire ou disciplinaire :

  • Une copie certifiée conforme de la décision judiciaire, disciplinaire ou pénale fait preuve de la perpétration de l’infraction et, le cas échéant, des faits qui y sont rapportés, lorsqu’elle a été rendue au Canada.

  • Une déclaration assermentée expliquant les circonstances de l'infraction et mentionnant si celle-ci s'est produite dans le cadre de son travail.

Étapes à suivre :

  1. Contacter le secrétariat de l'Ordre via info@opsq.org ou par téléphone au 438-386-6777, poste 221 préalablement à la complétion du formulaire de demande de permis.

  2. Répondre "Oui" à la question du formulaire de demande de permis ci-dessous (Faire ma demande) "Votre demande concerne une demande d'admission par équivalence ? " et compléter la section additionnelle. (Veuillez noter que tous les tableaux et documents de la section additionnelle sont obligatoires).

  3. Payer les frais d’ouverture de dossier (145.5 $ plus taxes) et d’étude de dossier (504 $ plus taxes) pour un total de 746.77 $ (taxes incluses).

Analyse de la demande :

La demande d’admission par équivalence est étudiée par le comité des admissions par équivalence. Le comité rend sa décision après analyse du dossier. Trois décisions sont possibles en vertu de l'article 8 du Règlement sur les normes d’équivalence de diplôme et de formation aux fins de la délivrance d’un permis :

  1. Le comité reconnaît complètement l'équivalence de diplôme ou de formation;

  2. Le comité reconnaît partiellement l'équivalence de diplôme ou de formation et indique au candidat les cours et stages manquants à compléter avec succès afin d’obtenir une reconnaissance complète. (Lorsqu’il manque quelques cours théoriques ou quelques heures de stage);

  3. Le comité refuse la reconnaissance de l'équivalence de diplôme ou de formation (Lorsqu’il manque plusieurs cours théoriques et pratiques);

À partir du moment où la demande est complète (toutes les pièces justificatives reçues et le paiement effectué), l’analyse de la demande de permis par équivalence devrait prendre entre 6 et 16 semaines, selon la complexité du dossier et la période de l’année.

 

Pour en savoir plus sur le système professionnel québécois, prière de consulter cette page du Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ)

Commissaire à l’admission
aux professions

Le bureau du Commissaire à l’admission aux professions est une entité gouvernementale indépendante, rattachée à l’Office des professions du Québec. Le Commissaire à l’admission aux professions reçoit et examine toute plainte concernant l’admission aux professions. Il formule les recommandations qu’il juge utiles. Les recours peuvent viser la tierce partie vers qui les candidates et candidats sont dirigés dans le cadre du processus d’admission, le cas échéant.
 

Plainte relative à l’admission à la profession 
 

En plus de se pencher sur les situations ou sur les problèmes qui sont portés à son attention, le Commissaire à l’admission aux professions observe globalement le fonctionnement des processus d’admission.
Il observe aussi l’accès aux formations et aux stages exigés par les ordres pour la reconnaissance des compétences.

Une personne peut porter plainte à toute étape du processus d'admission, ainsi que contre une tierce partie (autre organisation ou personne impliquée).

Pour connaître les fonctions et les pouvoirs du Commissaire à l’admission aux professions, cliquez ici.