Formations

Le 12 nov. 2022

Lieu Hôtel Château Bromont et virtuelQCCanada
Événements

Mieux comprendre le monde Autochtone pour mieux intervenir : Valorisation identitaire et sécurisation culturelle

Mieux comprendre le monde Autochtone pour mieux intervenir : Valorisation identitaire et sécurisation culturelle

Présentateur : Pierre Picard

 

Résumé de la présentation

La culture n’est pas uniquement constituée d’une langue, de croyances et de pratiques. Elle comprend de multiples variables et se développe à partir de facteurs sociohistoriques et de conditions générales de vie qui viennent notamment déterminer un processus relationnel complexe et des liens familiaux et communautaires très variés. Le développement de ses connaissances culturelles est le point de départ pour comprendre qu’il y a effectivement des différences entre la société dominante et les Autochtones. L’imposition d’un système d’éducation, de santé ou de justice dénudé du caractère distinctif propre aux Premières nations a eu et a encore des conséquences sur l’état de santé global des autochtones y compris l’expression de la sexualité. On cerne de plus en plus les enjeux liés à la sécurisation culturelle comme étant une variable fondamentale dans le cheminement de vie des Autochtones. La conférence questionnera les pratiques et fournira des pistes de l’applicabilité du concept de sécurisation culturelle au profit des populations autochtones particulièrement en y apposant un regard sur l’approche de la sexualité positive.

 

Le conférencier

Pierre Picard est membre de la Nation Huronne-Wendat. Il possède une formation en approche d’intervention psycho-corporelle et une maîtrise en sexologie clinique et s’est d’abord spécialisé en matière d’agression sexuelle chez les Premières Nations du Québec. Il dirige depuis plusieurs années le Groupe de recherche et d’interventions psychosociales en milieu autochtone (GRIPMA). Conférencier, formateur, chercheur, superviseur clinique et chargé de cours à l’Université de Montréal en Santé publique, il a conduit plusieurs travaux portant exclusivement sur les problématiques psychosociales en milieu autochtone et des moyens de guérison tenant compte des différences culturelles et identitaires propres aux Premières Nations du Québec. Il siège comme expert sur plusieurs tables de travail ou de comités gouvernementaux et collabore régulièrement à l’élaboration de politiques, de programmes et de stratégies portant notamment sur la sécurisation culturelle en milieu autochtone.